Il s’agit d’une décision de l’ensemble des députés des deux chambres, de leurs présidents, Habib El Malki et Hakim Benchemach, ainsi que de tous les membres du gouvernement,compatible avec l’article 40 de la Constitution qui appelle l’ensemble des citoyens à se charger dans un esprit de coopération, des coûts et charges relatives aux catastrophes et aux pandémies.

Il s’agit d’une contribution de 20 millions de dirhams pour le Parlement (515 députés des deux chambres), ainsi que 2 millions de dirhams pour l’exécutif (soit le salaire mensuel de tous les ministres).

Dans ce sens, les deux chambres du parlement ont déclaré conjointement, à l’instar du gouvernement, continuer à assurer leurs fonctions constitutionnelles conformément aux mesures préventives afférentes à la propagation du virus dans le pays et qui concernent l’ensemble des secteurs.

Ainsi, toutes les réunions et les séances plénières seront suspendues et les députés se mettront donc au télétravail.

Seuls les fonctionnaires chargés de dossiers urgents directement liés à l’intérêt publics et qui ne peut être traités à distance se rendront aux bureaux et alterneront par groupes.

Il est à rappeler que le Roi Mohammed VI a créé ce lundi 16 mars un fonds spécial dédié à la gestion de la pandémie, lequel est doté, selon le communiqué du cabinet royal, de 10 millions de dirhams et assurera donc la prise en charge de dépenses de mise à niveau du dispositif médical, « en terme d’infrastructures adaptées et de moyens supplémentaires à acquérir, dans l’urgence ».

Notons que Bank of Africa et Afriquia ont déclaré ce mardi 17 mars faire un don d’un milliard de dirhams chacun pour contribuer à ce fonds de gestion de la pandémie. Il s’agit du résultat semestriel consolidé avant impôt pour Bank of Africa.