En réponse à ce qui a été relayé sur certains sites électroniques concernant l’existence «d’un accord préalable avec le CNDH» , la DGAPR a précisé, dans une mise au point, que chacune des deux institutions exerce ses attributions indépendamment de l’autre, indiquant, dans ce sens, que le CNDH, dans le cadre de son rôle de protection, avait rendu visite aux détenus des événements d’Al Hoceima à l’encontre desquels des sanctions disciplinaires avaient été prises auparavant à cause de violations commises au sein de l’établissement pénitentiaire de Ras El Ma, à Fès.