Dans une intervention directe transmise mardi sur les réseaux sociaux suite à la réunion du Conseil de la Banque, M. Jouahri a fait savoir que le Conseil s’est attardé « très longuement sur les répercussions des conditions climatiques défavorables qui prévalent dans notre pays au titre de l’actuelle récolte et de la propagation à l’échelle mondiale de la pandémie Covid-19 ».

Sur ce dernier point, le Conseil a relevé que l’évolution rapide de cette pandémie « exige l’actualisation fréquente de l’évaluation de la situation et des prévisions économiques », a soutenu le Wali.

L’analyse de la conjoncture nationale fait état notamment d' »un affaiblissement de la croissance » qui devrait stagner, a-t-il dit, à 2,3% en 2020, pâtissant de l’effet conjugué des conditions climatiques défavorables et de la propagation au niveau mondial de la pandémie Covid-19.

L’année prochaine, la croissance enregistrerait un rebond à 3,8%, avec une augmentation de la valeur ajoutée agricole de 8,1%, sous l’hypothèse d’une récolte céréalière moyenne estimée, par BAM, à 75 millions de quintaux ainsi qu’une amélioration de la croissance non-agricole à 3,3%, a indiqué M. Jouahri avant d’ajouter que « ces prévisions se risquent d’être largement révisées à la baisse si la pandémie du Covid-19 n’est pas contenue à court terme ».

En revanche, l’encours des réserves internationales nettes (RIN) se renforcerait à 246 milliards de dirhams (MMDH) en 2020 puis à 251,9 MMDH en 2021, garantissant ainsi une couverture de plus de 5 mois d’importations de biens et services, a assuré M. Jouahri.

Tenant compte de ces évaluations, de l’évolution de l’inflation à moyen terme, et dans l’objectif de soutenir l’activité économique, le Conseil de Bank Al-Maghrib a décidé de réduire le taux directeur de 25 points de base à 2%, a précisé le Wali.

Lors de sa réunion, le Conseil s’est enquis du déroulement de la mise en oeuvre du Programme intégré d’appui et de financement des entreprises mis en place suite au discours de SM le Roi du 11 octobre 2019.

Il a également fait le point sur les développements du marché de change suite à la décision d’élargissement, à partir du 9 mars 2020, de la bande de fluctuation du dirham par rapport au cours de référence de ±2,5% à ±5%.

Selon le Conseil de la Banque centrale, cette nouvelle phase de la transition est initiée à un moment approprié, alors que le marché continue de fonctionner dans de bonnes conditions.

Le point de presse que comptait tenir M. Jouahri à cette occasion avait été annulé et remplacé par une transmission directe suite à la décision du ministère de l’Intérieur interdisant les rassemblements de plus de 50 personnes en prévention du risque lié au Coronavirus.