Dans le cadre de l’évaluation du Plan d’action de la Conférence Internationale sur la population et le Développement,  le HCP s’est engagé à mettre en avant une période «couronnée» par le retour du Maroc à l’Union Africaine. Ce qui permettra, selon le Haut Commissariat au Plan au Maroc de jouer un rôle structurant en faveur du développement du Pays.

«Le Maroc a été longtemps considéré comme un pays d’émigration avant de devenir, progressivement, un pays de transit en direction du Nord depuis les vingt dernières années. Plus récemment, il est devenu un pays de destination pour des milliers de migrants, notamment subsahariens et arabes, venus soit de leur propre gré, soit contraints par les conditions économiques ou politiques difficiles de leurs pays, soit à la recherche d’un avenir meilleur»,souligne la note du HCP.

Dans ce sens, le Haut Commissariat est revenu sur le chantier de taille entrepris par le Royaume, à savoir la Stratégie Nationale pour l’Immigration et l’Asile (SNIA), une stratégie qui a permis, toujours selon la même source, «une meilleure intégration des migrants».

27645 demandes de régularisation ont été traitées

Le HCP a fait savoir lors de cette rencontre, que nombre de demandes de régularisation ont été traitées ; quelques 23096 personnes ont été régularisées dont des mineurs non accompagnés. Par ailleurs, l’instance a mis la lumière sur les dispositions de la Constitution en rapport avec la bonne gouvernance, en privilégiant et en favorisant des principes de la démocratie participative.

Le HCP a également fait savoir, lors d cette journée, avoir présenté le projet de loi n 1091.14 relatif au système statistique national. Et d’ajouter que «des efforts considérables doivent être déployés pour accompagner les changements que connait la démographie du pays et se préparer à ceux prévus dans un avenir proche».

Pour rappel, ce rapport a été financé par le Fond des Nations Unies pour la Population au Maroc