Le premier Prix Farid Belkahia pour l’encouragement aux arts traditionnels a été décerné samedi soir, à Marrakech, à deux étudiants de l’Académie des Arts Traditionnels (AAT) de Casablanca.

Il s’agit de Zineb Akabbouch, étudiante en premier cycle de la restauration du patrimoine (boiserie ancienne) et Abdellah Ouabderrahmane, lauréat 2019 de l’AAT (filière du zellige).

La Fondation Farid Belkahia a attribué une dotation de 25.000 dirhams à chacun des deux étudiants lors d’une cérémonie organisée en présence d’intellectuels, artistes, maîtres artisans et éminentes personnalités, dont le président de l’Institut du monde arabe (IMA), Jack Lang.

Dans une déclaration à la MAP, M. Lang, ancien ministre français de la culture, a relevé que l’esprit et les œuvres de Farid Belkahia sont toujours vivants grâce au dynamisme de la veuve du défunt et présidente de cette fondation, Mme Rajaa Benchemsi, qui a grandement contribué à faire de cette maison un lieu toujours vivant, où les activités culturelles foisonnent.

Le Prix Farid Belkahia pour l’encouragement aux arts traditionnels célèbre deux jeunes artisans et restaurateurs en présence de grands maîtres du zellige et de la réalisation du bois, qui ont participé en particulier à la construction de la Mosquée Hassan II de Casablanca, a-t-il ajouté.

Dans une déclaration similaire, Mme Benchemsi a souligné que ce prix rentre dans le cadre des Hautes orientations Royales visant à encourager les arts traditionnels et l’artisanat, mettant en relief le rôle de l’AAT pour former et faire prendre conscience de la nécessité du renouvellement des arts traditionnels.

Ce prix vise à encourager des jeunes qui ont eu le courage de s’orienter, après leur baccalauréat, vers les Arts traditionnels, a-t-il ajouté.

Mme Benchemsi a fait savoir que la fondation Farid Belkahia et l’AAT vont initier un projet innovant baptisé « Trésors vivants » visant à soutenir et rendre hommage aux maîtres artisans afin d’encourager la transmission des arts traditionnels aux générations montantes.

De son côté, la jeune Zineb Akabbouch s’est dit très contente de remporter un prix qui porte le nom d’un grand artiste marocain, qui portait une grande attention aux arts traditionnels et qui a contribué à intégrer les techniques de ces arts dans l’école des Beaux-arts, relevant que ce prix est de nature à soutenir et permettre aux jeunes d’exprimer leurs talents.

Le Prix Farid Belkahia pour l’encouragement aux arts traditionnels récompense un jeune professionnel pour la qualité de son projet, son engagement dans la transmission des savoirs ou l’innovation.

Cette distinction, organisée en collaboration avec l’Académie des Arts Traditionnels relevant de la Fondation de la Mosquée Hassan II de Casablanca en partenariat avec le Groupe OCP et la Fondation Banque Populaire, vient mettre en exergue la passion de cet artiste charismatique pour le patrimoine artistique de sa terre natale et son profond attachement aux arts traditionnels marocains.

Dès sa nomination à la tête de l’École supérieure des Beaux-arts de Casablanca en 1962, Farid Belkahia prône une nouvelle vision de la transmission de l’art fondée sur la réappropriation des arts traditionnels et leur régénération, processus qu’il applique aussi bien à son propre travail qu’à ses nouveaux étudiants, suggérant ainsi l’affranchissement de la modernité d’un modèle dominant.

Depuis, Farid Belkahia n’a cessé de revisiter les traditions artisanales marocaines et d’explorer les potentialités de ses savoir-faire.