Selon un communiqué rendu public par le ministère de tutelle, l’offre en fruits et légumes, blé, dattes, produits laitiers et viandes couvre les besoins de consommation marocaine et la production se poursuit de manière normale, les produits halieutiques frais et de conserve sont disponibles, avec, en perspective, un pic important de la production les prochains mois.

Dans ce sens, le Ministère assure un approvisionnement normal et régulier du marché national en produits agricoles et de la pêche.

La production se poursuivra de manière normale

Par ailleurs, la même source indique que le stock de blé destiné à la minoterie industrielle détenu par les organismes stockeurs couvre 3 mois d’utilisation, une couverture qui atteindra plus de 4 mois vers la fin du mois d’avril.

Le niveau actuel des stocks disponibles permettra de couvrir les besoins nationaux grâce aux stocks issus de la production nationale 2018/19 et aux importations réalisées ou à réaliser au cours des trois prochains mois.

Et de poursuivre que la production des tomates primeurs couvrira les besoins du marché jusqu’au mois de mai.

La production prévisionnelle de la tomate de saison est aussi suffisante pour couvrir les besoins de consommation nationale. Idem pour la pomme de terre et pour l’oignon.

Pour ce qui est des fruits, ils affichent également un niveau de disponibilité très satisfaisant.

Notons que la production se poursuit de manière normale permettant sur un plus long terme un approvisionnement régulier du marché.

Les besoins seront couverts pendant le mois de Ramadan

Dans ce même sillage, le ministère a souligné que la production des légumes et fruits va couvrir les besoins du marché national même pendant le mois de Ramadan qui connait une forte consommation des denrées alimentaires.

Autre aliment à forte consommation notamment pendant le mois de Ramadan, les dattes affichent une bonne disponibilité sur le marché grâce à la production nationale et à l’import.

La production laitière, actuellement en saison de haute lactation, offre un volume pour usinage de près de 165 millions litres contre un besoin moyen mensuel de 125 millions de litres et atteint 135 millions litre au mois de Ramadan.

Il est à souligner qu’aucune variation des prix n’est prévue. Les produits laitiers dérivés notamment le beurre sont disponibles sur le marché grâce à la production laitière nationale et aux importations entamées depuis le début de l’année.

Viandes disponibles

Concernant les viandes, la quantité de viandes rouges (bovines, ovines et caprines) disponible est suffisante pour couvrir les besoins de consommation nationale. L’offre de viande blanche et œufs, elle, est supérieure aux niveaux de consommation. En ce qui concerne l’approvisionnement en produits de la pêche, aucun impact ou pénurie n’est à redouter. En effet, le secteur entre dans une période de grande production. Pour la sardine, qui reste un produit phare particulièrement prisé par le consommateur marocain, notamment pour son important apport en protéines, une forte production est attendue avec des quantités qui s’inscriront en tendance haussière dans les mois à venir, pour atteindre les pics de production à partir de l’été. En plus de la consommation de bouche, la sardine produite au Maroc, alimente également une importante industrie de conserve dont le Maroc est premier exportateur mondiale. Notre pays dispose d’un stock ainsi important de ce produit.

Conserves: pas de pénurie

En outre, les membres de l’UNICOP (l’Union Nationale des Industries de la Conserve de Poisson), ont affirmé leur capacité à assurer un approvisionnement normal du marché en boîtes de conserve de sardines et leur pleine disposition à en produire davantage en cas de nécessité pour répondre à la demande du marché national.

En plus de la sardine et autres espèces de petits pélagiques, le Maroc est producteur d’un grand nombre de produits halieutiques. A noter que cette dernière saison de pêche a été, comme en témoignent les professionnels et les chiffres de captures, marquée par une abondance pour différentes espèces de poissons comme le poulpe, la seiche, le calmar et de nombreux poissons blancs. Il est à signaler que l’ensemble des services de traitement et de distribution de produits agricoles tels que les marchés de gros de fruits et légumes et de poisson et les abattoirs ainsi que leurs circuits de distribution maintiendront leur activité et ne seront pas concernés par d’éventuelles mesures prises par le Maroc dans le cadre de la lutte contre le Covid 19. Afin d’assurer la continuité du fonctionnement de ces services nécessaires à la garantie de l’approvisionnement en denrée alimentaires du marché marocain, les acteurs concernés mettront en place les conditions sanitaires et d’hygiène les plus strictes