Mohamed Benchaâboun, le ministre de l’Economie et des Finances, est revenu sur la question des délais de paiement lors de la deuxième université d’été de la CGEM, annonçons qu’à partir d’octobre prochains les établissement et entreprises publics seront appelées à afficher leurs délais de paiement, selon le principe du «name and shame » dans l’espoir de voir à la baisse les délais et d’inspirer le secteur privé à faire de même.

Les délais de paiement en tout de même connu une baisse significative, particulièrement en ce qui concerne les marchés publics qui sont passés d’une moyenne de 80 jours à fin 2017 à une moyenne de 35 jours en 2019, a annoncé le ministre.

Concernant les établissements et les entreprises publics (EEP), la baisse est moins importante avec 55 jours en moyenne à fin 2019, contre 70 jours en moyenne en 2017, a-t-il souligné, attribuant cet écart aux situations différenciées que connaissent les EEP.

En effet, le traitement des dossiers de ces établissements doit se faire à deux niveaux, notamment à travers des actions à court terme en matière de suivi, et de pression exercée par la direction des établissements et les entreprises publiques au sein du ministère pour alimenter l’Observatoire des délais de paiement, a-t-il expliqué.