Cette rencontre organisée en partenariat avec l’Organisation Pan-Africaine de Lutte contre le SIDA (OPALS) et avec l’appui de l’OMS a pour but de déterminer les critères qui facilitent l’adoption des interventions des soins auto-administrés (self care) au niveau national.

Ces soins sont définis par l’OMS comme étant «la capacité des personnes, des familles et des communautés à faire la promotion de la santé, à prévenir les maladies, à rester en bonne santé et à faire face à la maladie et au handicap avec ou sans l’accompagnement d’un prestataire de soins»,.

Le recueil de ces critères sera accompagné par une mise en place des approches et des processus de leur intégration dans les politiques et programmes de Santé.

Par ailleurs, le Maroc souhaite améliorer, rapidement, le Développement Durable lié à la santé et qui va de pair avec la stratégie globale pour la santé des femmes, des enfants et des adolescents (2016-2030) et avec le Plan Santé 2025.

Centre communautaire de l’OPALS

En marge de cette rencontre, fut organisée la cérémonie d’ouverture du premier centre communautaire de l’OPALS pour les self-care pour la santé sexuelle et reproductive.

Selon la présidente de l’OPALS, Nadia Bezad, «le centre en question propose des soins auto-administrés à travers des outils et des tests de dépistage du VIH et des maladies sexuellement transmissibles, ainsi que du cancer du col d’utérus, deuxième cause de mortalité au Maroc, outre des moyens de planification familiale dont les méthodes injectables». La présidente n’a pas manqué de mettre la lumière sur le rôle majeur des médias et des campagnes de sensibilisation en matière de santé sexuelle et reproductive, en ajoutant que la cible du centre sont les populations vulnérables ayant des problèmes sociaux et psychologiques.

Le Maroc est en effet le premier pays à accueillir le lancement officiel de ces recommandations. Le royaume compte s’inscrire dans une logique d’amélioration de l’autonomie de la population et de la volonté de la contribution à son bien-être en marge de ce rendez-vous qui s’étale du 16 au 18 du mois en cours et qui accueille près de 200 participants.

Le rendez-vous est marqué par la présence des représentants des directions centrales du Ministère de la Santé, du centre collaborateur de l’OMS en santé reproductive et maternelle, de bon nombre de Ministères, ainsi que des partenaires, dont le FNUAP, l’UNICEF, l’ONUSIDA, la Banque Mondiale, et l’ONUFEMMES.