«Nous n’avons aucune preuve pour dire que si vous êtes infecté une fois, vous serez immunisé à vie», a ajouté Dr Zhong Nanshan lors d’une conférence de presse.

L’expert chinois, qui a joué un rôle important pour lutter contre le Covid-19 et le SRAS en 2003, a précisé par ailleurs que la lutte contre le maladie contagieuse s’inscrit dans une démarche des plus classiques.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson avait abordé l’idée d’une «immunité collective» qui reste, selon les spécialistes, un pari dangereux.

La pandémie de Coronavirus a déjà fait 104 morts au Royaume-Uni, tandis que 2.626 patients ont été testés positifs au virus, selon le dernier bilan officiel.

Le ministre britannique de la Santé Matt Hancock s’est également évertué d’éteindre la controverse autour de l’«immunité collective» évoquée par le conseiller scientifique du gouvernement Patrick Vallance, qui nécessite que 60% de la population soit infectée.

«L’immunité collective n’est ni notre but ni notre politique, c’est un concept scientifique», avait déclaré le ministre de la Santé, ajoutant que la politique du gouvernement «est de protéger des vies et de vaincre ce virus».

Jeudi, la Chine n’a rapporté aucune nouvelle contamination d’origine locale au coronavirus, une première depuis le début de l’épidémie, mais les autorités sanitaires ont fait état de 34 nouveaux cas importés.

Les nouveaux cas importés ont été recensés à Pékin (21), dans la province méridionale du Guangdong (9), à Shanghai (2) et dans les provinces du Heilongjiang (nord-est, 1 cas) et du Zhejiang (est, 1 cas).