Le Secrétaire Général du PPS a tenu à saluer les efforts consentis lors de cette période de crise, allant de la création du Fond Spécial pour la Gestion de la Pandémie mis en place sous Hautes instructions Royales en passant par l’esprit de solidarité et d’abnégation dont ont fait preuve le corps médical, les enseignants, les autorités publiques, ainsi que tous les acteurs œuvrant dans les différents secteurs et qui sont en première ligne contre la propagation de la Pandémie.

« Il est inévitable de redresser les secteurs vitaux, à savoir la Santé et l’éducation; tous les moyens doivent être mobilisés pour donner un nouveau souffle à l’hôpital et à l’école publique qui est l’espace d’égalité des chances par excellence» a insisté Mohammed Nabil Benabdellah.

Selon le SG du PPS, un pays qui met la Santé et l’Education au centre de ses préoccupations ne peut qu’évoluer. Et d’indiquer que le PPS n’est pas amené à faire des révisions idéologiques en cette période de crise sanitaire, vu qu’il place depuis toujours les secteurs vitaux, notamment la santé et l’éducation au centre de ses préoccupations et qu’il était le premier à appeler à une solidarité citoyenne.

En ce qui concerne les aides financières destinées aux ménages Ramédistes et non Ramédistes œuvrant dans l’informel, le SG a expliqué que les montants pourraient ne pas être suffisants notamment pour les catégories à lourdes  charges (loyer et autres dépenses) « mais c’est mieux que rien et ceci est loin d’être une aumône, c’est une obligation », a argué Mohammed Nabil Benabdellah.

Il convient de rappeler dans ce sens que les ménages de deux personnes bénéficieront de 800 dh, ceux de trois à quatre, de 1000 dh, tandis que les ménages comptant plus de quatre personnes auront droit à 1200 dh.

Dans la foulée, Mohammed Nabil Benabdellah a tenu à mettre en lumière l’importance du dépistage et des tests, bien qu’ils soient onéreux à l’échelle internationale, ainsi que la primordialité de la distanciation sociale et du confinement.

Il a dans ce sens appelé les journalistes, les politiciens et tous les acteurs de la société à remplir leur rôle qui consiste à sensibiliser et à être vent debout contre la désinformation et les Fake news qui battent leur plein en cette période difficile.

« Certes, nous sommes en période de crise, mais c’est également le temps de produire des idées » a-t-il souligné, tout en insistant sur l’importance de redonner à la Culture sa place dans la société et de remettre les intellectuels, les scientifiques, les professeurs et les chercheurs au devant de la scène.

Mohammed Nabil Benabdellah a tenu à rappeler l’importance de la démocratie, d’un enseignement et d’un système de santé de qualité ainsi que d’un paysage politique solide et puissant. Le SG a conclu qu’ « il faut finir avec l’hésitation dans le traitement de certains dossiers qui revêtent une grande importance et une vraie urgence ».