Au moins neuf sociétés membres de l’IFPMA recherchent et développent de nouveaux tests de diagnostic, vaccins ou traitements et testent les médicaments existants pour traiter les personnes infectées par le virus, précise la fédération dans un communiqué, notant que d’autres sociétés sont impliquées dans une technologie de diagnostic accélérée pour aider à détecter les cas plus rapidement.

L’IFPMA, basée à Genève, fait observer qu » »il existe un niveau de collaboration sans précédent dans toute l’industrie pharmaceutique, qui se joint à des organismes publics pour accélérer encore le développement de nouveaux tests de diagnostic, de vaccins et de traitements pour les patients ».

De nombreux programmes de recherche ont été conçus afin d’accélérer le développement de thérapies et de vaccins avec des institutions, indique la même source, notant que l’industrie biopharmaceutique s’engage à continuer de collaborer avec les organismes gouvernementaux, le milieu universitaire et les autres intervenants des soins de santé pour s’assurer que les patients reçoivent les soins dont ils ont besoin.

Pour Thomas Cueni, directeur général de l’IFPMA, « la gravité de la pandémie de COVID-19 exige des efforts extraordinaires dans tous les domaines ».

L’impact mondial profond de la pandémie de COVID-19 signifie que le statu quo n’est pas une option et représente une grave menace pour le fonctionnement des systèmes de santé et pour les professionnels de la santé, estime la fédération. « S’il n’est pas contenu, l’impact attendu de COVID-19 sur tous les systèmes de santé sera dévastateur », conclut l’IFPMA.