« L’État apportera un peu plus de 8 milliards d’euros d’aide au secteur », a déclaré le Chef de l’Etat français, en visite dans une usine de l’équipementier Valeo à Etaples (Pas-de-Calais), dans le nord du pays.

L’objectif de ce plan d’aides est « faire de la France la première nation productrice de véhicules propres en Europe en portant à plus d’un million par an sous cinq ans la production de véhicules électriques, hybrides rechargeables ou hybrides », a indiqué M. Macron, qui était accompagné des ministres de la Transition écologique Elisabeth Borne et de l’Economie Bruno Le Maire.

« L’automobile mondiale traverse une crise profonde, ce depuis plusieurs mois. Nous avons un ralentissement de l’activité depuis la fin de l’année 2019 (…). L’automobile mondiale et française a à traverser des transformations profondes comme l’électrique. (…). Troisième phénomène : la crise du coronavirus, qui a porté un coup d’arrêt massif à la filière. Le secteur a connu une baisse d’activité en moyenne de 80%, c’est sans précédent », a déclaré le Président français lors d’un discours relayé par les médias du pays.

Face à une situation inédite, il a annoncé « un plan historique en trois axes ». Le premier consiste en le soutien de la demande. « Il faut que nos concitoyens achètent davantage de véhicules dans les semaines à venir, et des véhicules propres », a indiqué le chef de l’Etat. C’est pourquoi « une prime de reconversion exceptionnelle » destinée aux « trois quarts des Français » va voir le jour. Cette aide sera de « 3.000 euros pour l’achat d’un véhicule neuf ou d’occasion, et 5.000 euros s’il s’agit d’un véhicule électrique ». L’offre débute le 1er juin pour les 200.000 premiers véhicules.

Le deuxième axe du plan pour l’automobile présenté par Emmanuel Macron est l’investissement « pour produire en France les véhicules de demain ». Des « moyens conséquents » seront notamment « déployés pour la modernisation des chaînes de production ».

Enfin, le troisième axe concerne « un pacte entre l’Etat, les entreprises et les salariés du secteur ». « En contrepartie » d’un plan de soutien de plus de 8 milliards d’euros, « les constructeurs ont pris une série d’engagements forts : relocaliser la production à valeur ajoutée en France, et consolider et maintenir la totalité de la production industrielle » en France, a dit M. Macron.

Le président français a par ailleurs annoncé des investissements dans la recherche pour le véhicule du futur. Dès 2021, 150 millions d’euros seront mobilisés sur cette question, a-t-il indiqué. Il a également annoncé la création d’un fonds d’investissement de 600 millions d’euros pour intervenir en fonds propres dans le secteur, précisant que l’Etat y contribuera à hauteur de 400 millions.

En France, l’industrie automobile est l’un des secteurs les plus touchés par la crise économique induite par le coronavirus, aux côtés de l’aérien, la construction, l’hôtellerie et la restauration.

Récemment, le Comité des constructeurs français d’automobiles a annoncé qu’il table sur une baisse de 20 % du marché sur l’année.