Rien ne va plus pour Ali Bedar. Une juge d’instruction de Casablanca a ordonné la détention provisoire de cet ancien militant du mouvement du 20 février. Son procès s’ouvrira le 3 mars prochain.

Lundi dernier, les enquêteurs ont entendu le mis en cause. Il a par la suite été placé en garde à vue pour viol et agression sexuelle sur une jeune journaliste Franco-polonaise.

Dans sa plainte déposée auprès du procureur du roi à Casablanca, la victime déclare avoir été agressée et violée par Ali Bedar courant septembre 2019 à son domicile.

Pour sa défense, le mis en cause a publié un message sur les réseaux sociaux. Il reconnait avoir eu une relation avec la journaliste, mais nie catégoriquement  les faits qui lui sont reprochés.