Pour le président du Conseil, Ahmed Reda Chami, le SIEL est une occasion pour échanger les avis et le débat culturel et promouvoir la lecture. Selon les statistiques de l’HCP, il a rappelé que les marocains lisent une moyenne de 14 minutes par semaine c’est-à-dire 2 minutes par jour alors qu’en Inde, les gens lisent 10 heures par semaine et la France 7 heures par semaine.

«Dans le CESE, on a les mêmes préoccupations que les écrivains et les éditeurs en matière de la lecture à savoir que les gens ne lisent pas malheureusement nos rapports», a-t-il fait savoir. 

Dans ce cadre, le Conseil a opté pour des capsules audiovisuelles pour les gens puisent avoir une idée sur leurs recommandations, a-t-il rappelé. «Le sujet de la lecture s’inscrit dans l’intérêt que nous porterons pour la culture», a-t-il ajouté. D’après lui, la culture doit jouer un rôle fondamental dans chaque modèle du développement.

«La lecture est une composante indispensable pour chaque modèle. Elle est aussi une occasion opportune pour promouvoir l’économie», a-t-il affirmé.  

Pour mieux promouvoir la lecture, le CESE a livré ses recommandations notamment à caractère stratégique afin de mettre la promotion de la lecture parmi les priorités nationales et l’inscrire dans les politiques publiques.

Dans ce cadre, le Conseil appelle à doter la promotion de la lecture d’un cadre législatif et institutionnel approprié, organiser des assises nationales sur les différentes fonctionnalités de la lecture, la réhabilitation des bibliothèques scolaires, le développement de programmes de formation aux métiers du livre, faire de la promotion de la lecture une action majeure de la régionalisation avancée et du développement territorial, l’engagement des autorités publiques dans la mise en œuvre de la politique et des plans d’action visant la promotion de la lecture, soutenir la recherche et inciter le secteur privé à investir dans les bibliothèques scolaires et les centres culturels. 

Pour ce qui est des recommandations opérationnelles, le Conseil a appelé les auteurs publics et privés à utiliser  tous les outils et méthodes, en particulier numériques afin d’améliorer et entendre l’ensemble des modes de lecture. En outre, la promotion de la production et de la distribution d’ouvrages est l’une des recommandations fondamentales du  CESE.

Ce dernier recommande de doter les auteurs d’un statut incitant à la création et procurant les droits sociaux et professionnels, soutenir l’édition ainsi que les projets de livres en favorisant les publications et ouvrages des plumes marocaines. Et ce n’est pas tout ! Le Conseil a souligné  qu’il est indispensable aussi de promouvoir la production et la distribution d’auteurs marocains en créant des programmes d’encouragement ( prix, subventions).