« Il n’y a pas de limite vers le haut, c’est le message le plus important », a indiqué le ministre des Finances Olaf Scholz

Il s’agit d’une « initiative sans précédent dans l’histoire d’après-guerre » du pays, a ajouté le ministre de l’Economie Peter Altmaier.

Dans ce sens, le ministre n’a pas écarté la prise de participation provisoire de l’État dans des entreprises en difficulté jugées stratégiques, dans le secteur technologique notamment.

L’enveloppe de départ de 550 milliards d’euros correspond à des prêts avec garantie de l’État qui vont être accordés sans limite par la banque publique KfW.

La chancelière Angela Merkel avait déjà cette semaine indiqué être prête si nécessaire à abandonner la règle allemande du « zéro déficit » budgétaire face au coronavirus.