« La déclinaison régionale des écosystèmes du cuir, une opportunité de développement et de croissance du secteur dans les marchés à forts potentiels» est le thème de la 8ème édition du salon  international du cuir « Marocuir ». Organisé par la fédération marocaine des industries du cuir sous l’égide du ministre de l’industrie, du commerce et de l’économie verte et numérique, ce salon a pour objectif de promouvoir le secteur. L’événement est aussi une occasion pour engager un débat fructueux sur les initiatives amorcées pour les années à venir dans le secteur, notamment le lancement de nouvelles zones industrielles, les projets d’investissements dans les zones de Souss Massa, de Casablanca et de Fès.
Plus de 6000 visiteurs sont attendus lors de cette édition qui verra la participation de 100 exposants de 40 pays. Le salon présentera les écosystèmes de chaussures, tanneries, mégisseries et maroquinerie.

 

Un autre moment fort, cette édition sera aussi marquée par la constitution de la Confédération Africaine des Industries du Cuir en présence de plus de 15 opérateurs représentant 15 pays africains dont le Sénégal et la côte d’ivoire.
Pour rappel, le secteur emploie aujourd’hui environ 21.000 salariés de façon formelle et près de 10.000 personnes de manière informelle.

La production du secteur est évaluée à plus de 3 milliards de dirhams (MMDH) associée d’une valeur ajoutée dépassant 1 MMDH et un montant d’investissement estimé à prés de 130 millions de dirhams (MDH), alors que 58% de la production du secteur est destinée a l’export.

La chaussure représente le produit phare avec 80% des exportations, tandis que les cuirs et les peaux ayant subi une opération de tannage arrivent en deuxième position avec 12%. Les produits de maroquinerie et de vêtements en cuir, quant à eux, représentent 8% des exportations.