Lors de ses entrevues avec le président de la Chambre des députés chilienne, Ivan Flores Garcia, l’ambassadeur du Pérou au Maroc, Arturo Chipoco Caceda et l’ambassadeur du Mexique à Rabat, Mabel Del Pilar Gomez Olivier, M. Benchamach a rappelé les visites de SM le Roi Mohammed VI, en 2004, dans plusieurs pays d’Amérique latine, qui ont permis d’ouvrir des horizons prometteurs aux relations bilatérales et concrétisé le choix stratégique du Royaume en faveur de la coopération sud-sud, indique un communiqué de la Chambre des conseillers.

M. Benchamach a également mis en avant le cumul réalisé dans les relations avec les parlements de ces trois pays, rappelant le processus de création d’un forum des parlements d’Afrique, d’Amérique latine et des Caraïbes, dont la déclaration constitutive a été signée au siège de la Chambre des conseillers en novembre 2019.

Il a, de même, salué les positions inédites exprimées par la majorité des parlements de la région concernant la cause nationale du Royaume du Maroc, citant la motion du parlement chilien, en janvier 2018, soutenant l’intégrité territoriale du Royaume et l’initiative d’autonomie des provinces du sud, en tant que solution juste et durable pour régler ce conflit artificiel autour du Sahara marocain.

De leur côté, les trois responsables ont loué le processus démocratique et de développement engagé par le Royaume, réitérant la volonté de leurs pays respectifs de raffermir les relations bilatérales avec le Maroc et de tirer profit de son expérience dans différents domaines.

Dans ce sens, M. Flores Garcia a appelé à redoubler d’efforts et à mettre à profit les liens politiques exceptionnels entre son pays et le Maroc pour hisser les relations économiques et commerciales et bâtir un partenariat exemplaire.

Il a également mis en exergue l’accord relatif à la création d’une commission parlementaire conjointe, en tant qu’un pas de plus dans le processus de consolidation des relations parlementaires entre les deux pays.

Le responsable chilien a, de même, réitéré le soutien de son pays à l’intégrité territoriale du Royaume et aux efforts de l’ONU et du Maroc visant à régler le conflit autour du Sahara marocain, notamment l’initiative d’autonomie des provinces du sud, sous la souveraineté nationale du Royaume.