« Nous avons exprimé notre soutien à une solution négociée à deux États, fondée sur les paramètres convenus au niveau international et conformément au droit international », a rappelé le chef de la diplomatie de l’UE lors d’un débat au Parlement européen, notant que cette solution à deux États doit répondre aux aspirations palestiniennes à un État et à la souveraineté, mettre fin à l’occupation israélienne des territoires occupés depuis 1967 et résoudre toutes les questions relatives au statut permanent.

Réaffirmant la disposition de l’UE à œuvrer avec la communauté internationale pour relancer un processus politique conforme au droit international, qui garantit l’égalité des droits et qui soit acceptable pour les deux parties, M. Borrell a estimé qu' »il est difficile de voir comment l’initiative américaine peut ramener les deux parties à la table » des négociations.

« Depuis trop longtemps, nous assistons à un conflit qui a causé des souffrances sans fin », a déploré le chef de la diplomatie de l’UE, appelant à un engagement international plus fort pour résoudre ce conflit.

Le président américain Donald Trump avait dévoilé, le 28 janvier, son plan de paix pour le Proche-Orient. Ce plan comprend notamment l’annexion par Israël de la Vallée du Jourdain et la reconnaissance de Jérusalem comme « capitale indivisible d’Israël ».

La Ligue arabe ainsi que l’Organisation de la Coopération Islamique (OCI) ont exprimé leur rejet de ce plan, annoncé comme règlement alternatif au conflit au Proche-Orient.