Selon les résultats d’une enquête menée par le Bureau de l’intégrité et de la lutte contre la corruption de la Banque, ETEP s’est livrée à diverses pratiques frauduleuses lors de sa participation à des marchés financés par la Banque dans le cadre du Projet d’aménagement routier et de facilitation du transport sur le corridor Bamako-Zantiebougou-Boundiali-San Pedro au Mali et du Projet de reconstruction de la route Coyah-Farmoreah-Frontière de la Sierra Leone en Guinée. L’entreprise a ainsi produit de faux états financiers et a fait des déclarations erronées au sujet de ses contrats de référence et des expériences professionnelles d’un employé.

A en croire la même source, pendant cette période d’exclusion, ETEP et ses filiales seront inéligibles à l’adjudication de marchés financés par la Banque africaine de développement. Par ailleurs, cette sanction peut également être mise en vigueur par la Banque asiatique de développement, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement, le Groupe de la Banque mondiale et la Banque interaméricaine de développement en vertu de l’Accord d’application mutuelle de décisions d’exclusion. À l’expiration de cette période, ETEP pourrait à nouveau être éligible à participer aux projets financés par la Banque sous réserve de la mise en œuvre d’un programme de respect de l’intégrité conforme aux directives de l’institution.