Dans un communiqué, cette institution qui conseille l’exécutif, a réclamé « le port immédiat et généralisé du masque pour tous et dans tous les espaces publics, pas seulement les transports ».

L’Académie, qui a salué la mise en place du confinement et les mesures de distanciation sociale respectées le plus souvent par la population, constate que celles-ci sont « sont souvent mises en défaut dans les espaces restreints, contraignant usagers et clients à se croiser ou à se rapprocher à moins d’un mètre », qu’il s’agisse des magasins restés ouverts ou bien des transports en commun.

Afin de limiter le risque de transmission directe du virus, le port du masque doit être généralisé dans l’espace public, souligne l’Académie de médecine, rappelant qu’il est possible pour chacun de confectionner des masques alternatifs et réutilisables, et ne pas attendre une distribution gratuite des masques qui font défaut actuellement en France.

Selon l’Académie nationale de médecine, « restreindre le port du masque dans les seuls transports en commun, c’est négliger tous les espaces publics ou le risque demeure. Subordonner cette obligation a la fourniture gratuite de masques par l’E tat, c’est conforter la population dans une situation d’assistance et de de responsabilisation ».

L’institution a souligné en outre l’urgence du port du masque dès maintenant. « Attendre la date du 11 mai pour faire porter le masque revient à accorder trois semaines de répit au nouveau virus pour qu’il continue de se transmettre. C’est accepter plusieurs milliers de nouvelles infections, donc plusieurs centaines d’hospitalisations et plusieurs dizaines de morts supplémentaires », a-t-elle prévenu.

Dimanche, le Premier ministre français, qui a fixé les principes de la levée progressive du confinement, a annoncé que le port du masque sera « probablement » obligatoire dans les transports publics à partir du 11 mai, date du début du déconfinement.

Edouard Philippe a également ouvert la voie à un « élargissement de la politique d’attribution des masques dans les prochaines semaines » auprès de la population française.

Selon le dernier bilan des autorités sanitaires, le nouveau coronavirus a causé la mort de 20.796 personnes depuis le début de l’épidémie le 1er mars dernier en France.