Alors que le royaume entame sa 3ème semaine de confinement, une partie de la société le vit très mal : les autistes. Ces derniers ont besoin de repères précis et d’une routine particulière. Rester à la maison, ne pas aller à l’école ou chez le psychomotricien représentent des changements brutaux pour les autistes et ça peut vite tourner au cauchemar comme l’explique Sofia maman de deux enfants autistes « le confinement est une épreuve très pénible  pour les autistes mais surtout pour les adultes sévères et non verbal comme est le cas de mon fils Réda. Il est chamboulé car il n’a jamais été enfermé. Il a ses habitudes, du lundi au vendredi il est à l’école de 7h à 17h pour travailler son autonomie et le weekend il a des sorties de 3 heures. Et du jour au lendemain il s’est trouvé enfermé. J’essaie de le faire travailler mais en vain.  Il tourne en rond comme un petit chat, mais sa journée est pénible. La première semaine était très dure, il n’arrêtait pas de crier très fort et il frappait sans oublier ses crises d’épilepsie » avant d’ajouter « mon deuxième fils Anas a un autre cas d’autisme, lui il est verbal, il parle à l’envers donc je dois déchiffrer ce qu’il demande. J’ai comme même réussi à avoir une autorisation pour les faire sortir en voiture quelques minutes après avoir montrer leur dossier médical. Maintenant, j’espère qu’ils vont s’habituer, à force de forger, on devient forgeron »

Comme Sofia, plusieurs parents souffrent avec leurs enfants autistes comme explique Mariam « ma fille autiste n’arrive pas à comprendre ce confinement. Elle dort très mal la nuit et dès qu’elle se réveille, elle se colle à la porte et frappe de toutes ses forces pour sortir. On a bel aller au toit ou dans le balcon ça ne la calme pas. Et avec mon mari qui travaille à la maison, ce n’est toujours pas évident »

L’autisme touche une personne sur 150 dans le monde. Les degrés de cette maladie peuvent être très différents les uns des autres comme l’explique Iman Chair, maman de Pipoye un enfant autiste. « Le confinement peut ne pas poser aucun problèmes pour certains et être un calvaire pour d’autres.  Pour mon fils, il attend que Coronavirus passe. Pour lui, rester à la maison n’a jamais été un problème pour lui. Il passe son temps dans sa chambre, il a sa musique, son casque, ses créations et ses séries TV ». Et d’ajouter « En fait, on le dit souvent, chaque personne autiste est unique. Il est clair que chacun va vivre cette expérience de confinement de manière différente. S’ il s’ agit d’ un enfant autiste habitué à rester à la maison, ce confinement sera moins difficile et moins douloureux puisque ses habitudes ne changeront pas. Le plus dur c ‘ est quand il s’ agit d’ enfants qui ont en plus des repères à l ‘ extérieur de la maison : promenades , activités externes, etc. Le bouleversement sera trop brutal . Et les parents seront plus que désorientés, il faudra construire alors pendant cette période d’ isolement de nouveaux repères à la maison. La tâche sera évidemment ardue » confirme Imane Chair, autisme en couleur.

Donner des conseils aux parents n’est pas souvent évident, surtout qu’il y a plusieurs formes d’autisme. Les spécialistes recommandent d’expliquer la situation aux enfants autistes, de les accompagner toute la journée et surtout de s’armer de beaucoup de patience.