Les températures en Inde pourraient, dans une décennie, atteindre des niveaux records que les travailleurs à l’extérieur devraient être contraints de raccourcir leurs heures de travail pour éviter les vagues de chaleur mortelles, a souligné le document.

L’impact du réchauffement sur le travail à l’extérieur et le repli de productivité qui en résulte pourraient mettre en péril 4,5% du PIB de l’Inde chaque année, a estimé le rapport, ajoutant que la chaleur et l’humidité pourraient affecter la productivité et la rentabilité du travail.

« Les travailleurs devant prendre plus de pauses pour s’hydrater car le corps humain limite naturellement ses efforts pour éviter un effort excessif », a expliqué le rapport.

« En 2017, le travail exposé au soleil en Inde produisait environ 50% du PIB et employait environ 75% de la main-d’œuvre, soit 380 millions de personnes », a précisé le rapport.

Les secteurs d’activités au plus grand risque sont l’agriculture, les mines et les carrières, ainsi que les secteurs intérieurs à faible accès à la climatisation, comme l’hôtellerie, les transports et la fabrication.

Selon plusieurs écologistes, le réchauffement climatique pourrait être fatal à certaines parties de l’Inde et de nombreuses villes deviendraient inhabitables dans quelques décennies.