«Bien qu’une espèce de chauve-souris serait à l’origine du SARS-Cov 2,  les animaux ne peuvent pas transmettre le Covid-19 à l’Homme», a indiqué Dr, Moulay Laarbi Lamhamdi El Alaoui ; une réponse plus ou moins rassurante, sauf que ceci ne s’arrête pas là.

Les risques encourus chez les animaux

Si l’animal (de compagnie ou autre) passe sur une surface où il y a le virus, il risque de le transporter avec ses pattes, son museau, ses poils ou encore son collier. Et d’indiquer que la vaste famille du virus apparaît évidemment chez les animaux, depuis très longtemps ; elle doit d’ailleurs son nom à «la couronne» et contient de l’ARN (Acide ribonucléique) (un acide présent chez tous les êtres humains et également chez certains virus, comme c’est le cas pour le Covid, ndlr).

Une avalanche d’informations concernant une éventuelle contamination d’animaux de compagnie a fait le tour de la toile, elle serait selon notre interlocuteur, loin d’être véridique.

«Les informations concernant les chats et chiens qui ont été contaminés n’ont pas vraiment de base scientifique jusque-là», a rétorqué le vétérinaire. Et de rappeler qu’en Belgique, c’est le maître du chat qui était testé positif, «il se peut que le virus ait été trouvé sur les pattes de l’animal ou sur ses cheveux». a-t-il indiqué.

«Quand la personne enlève ses chaussures ou ses vêtements à l’entrée, il faut absolument qu’elle désinfecte les pattes de l’animal de compagnie, c’est inévitable», a-t-il insisté.

Il existe plusieurs types de Coronavirus et les animaux, notamment le bétail, peuvent être touchés par l’un des coronavirus mais pas du tout par le covid-19.

Le bétail est concerné par un autre coronavirus

Selon Moulay Laarbi Lamhamdi El Alaoui, il existe plusieurs types de Coronavirus et les animaux, notamment le bétail, peuvent être touchés par l’un des coronavirus mais pas du tout par le covid-19.

Par ailleurs, le docteur a fait savoir que les vétérinaires sont également en première ligne pour lutter contre cette pandémie car ils sont «fréquemment en contact avec les éleveurs et les agriculteurs, auxquels ils doivent un rôle de sensibilisation quant aux gestes de protection à adopter, aux mesures préventives et aux moyens de désinfection de leurs animaux» ; mais pas seulement car ils sont chargés d’assurer le contrôle des viandes également.

A l’instar des autres métiers et secteurs, les vétérinaires ont pris toutes les mesures nécessaires et préventives pour endiguer le virus.

«Nous avons réduit le nombre du personnel dans le cabinet et nous ne sortons pour consultation qu’en cas d’urgence en prenant assurément toutes les mesures d’hygiène», a-t-il ajouté.

Moulay Laarbi Lamhamdi El Alaoui a, dans ce même ordre d’idées, tenu à préciser que les campagnes de sensibilisation ont bien donné leurs fruits dans le monde rural (où il exerce) où les mesures préventives sont respectées et la prise de conscience collective et bien palpable.

Il convient de rappeler qu’il y a des années de cela, un Coronavirus du Syndrome respiratoire est apparu au Moyen-Orient sous l’appellation MERS-Cov et avec les mêmes symptômes que le Covid-19 et a été signalé pour la première fois en Arabie Saoudite en 2012, en plus d’un  autre plus ancien, semblable au Sras apparu en 2003 en Chine et qui avait provoqué la mort de plusieurs personnes.

Selon les données scientifiques de l’Organisation Mondiale de la Santé, le MERS-COV se transmettait à travers des chameaux, mais le mode de transmission du virus des chameaux à l’Homme reste jusqu’à présent inconnue.