Au Maroc, Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Amir Al-Mouminine, accompagné de SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan et de SAR le Prince Moulay Rachid, a bien voulu accomplir, à l’instar des membres de Son peuple fidèle, cette prière sans prêche et ce, dans le cadre du respect du confinement sanitaire et des mesures préventives prises par le Royaume, conformément aux Hautes Orientations Royales pour faire face à la pandémie du coronavirus.

En Arabie saoudite, un imam a tenu une prière à huis clos dans la grande mosquée de La Mecque. Devant lui, des agents de sécurité se tenaient devant quelques fidèles répartis en rangées disposées en cercle.

A Al Qods, la mosquée Al-Aqsa était fermée et en Turquie, le président Recep Tayyip Erdogan a annoncé la mise en place d’un confinement dans son pays pour toute la durée de l’Aïd Al-Fitr.

En Tunisie, la mosquée de la Zitouna, haut lieu historique de l’Islam au cœur de la médina de Tunis, est restée vide, un événement rarissime depuis sa fondation au 7-ème siècle.

En France, le Conseil français du culte musulman (CFCM) a appelé samedi les mosquées à ne pas rouvrir aux cérémonies religieuses avant le 3 juin prochain, après que le gouvernement a décidé de lever l’interdiction des rassemblements dans les lieux de culte.

Aussi, la communauté musulmane s’est trouvée privée des visites familiales qui ont été réduites à des appels vidéo. Les parcs d’attraction, habituellement pleins d’enfants, ont été désertés dans plusieurs pays.

Cette année, le virus a impacté certains rituels et habitudes de cette fête religieuse, mais sans altérer la sagesse des fidèles qui ont appris à gérer les priorités de cette conjoncture.