Cette réunion a eu lieu entre la Commissaire aux Affaires sociales de l’Union africaine (UA), Amira El Fadil, et l’Ambassadeur Représentant permanent du Maroc auprès de l’UA et de la CEA-ONU, Mohamed Arrouchi. Elle intervient juste après l’adoption par le 33ème Sommet des Chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine (9-11 février) des statuts et structures de l’Observatoire,
En effet, à cette occasion, l’accent a été mis sur les moyens à même de doter l’Observatoire d’une expertise de haut niveau et par la même apporter une plus grande valeur ajoutée à l’action africaine commune dans le domaine de la migration, et ce conformément à la vision du Roi Mohammed VI, Leader de l’Afrique sur la question de la Migration.

Il est à rappeler que l’Observatoire africain des migrations est une institution de l’UA articulée autour d’une « triple fonction de compréhension, d’anticipation et d’action » dont les activités, de nature technique et opérationnelle, permettront de générer une « meilleure connaissance du phénomène migratoire, de créer un narratif africain sur la migration, de renseigner et de favoriser l’harmonisation de politiques migratoires efficientes », comme l’avait souligné le rapport du Roi Mohammed VI sur le suivi de la mise en place de cet observatoire au Maroc, présenté par le Chef du gouvernement, Saad Dine El Othmani, devant le 33ème Sommet de l’UA.

Notons que l’Observatoire africain des migrations basé à Rabat, sera un modèle dans la structure de l’Union africaine au niveau de l’expertise, la gestion et le rendement, ont notamment relevé les deux parties.