«Le partenariat à long terme du HCR avec l’OMS est essentiel pour freiner la pandémie de coronavirus et d’autres urgences. Jour après jour, il améliore et sauve la vie de millions de personnes forcées de fuir leur foyer», a déclaré le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi, cité par un communiqué.

«Notre partenariat renforcé bénéficiera directement aux réfugiés, aux demandeurs d’asile, aux personnes déplacées à l’intérieur de leur pays et aux apatrides », a-t-il ajouté.

Cet accord actualise et étend un accord existant de 1997 entre les deux organisations. Cette année, l’un des principaux objectifs sera de soutenir les efforts en cours pour protéger du Covid-19 quelque 70 millions de personnes déplacées de force.

Environ 26 millions de personnes sont des réfugiés, dont 80 % sont hébergées dans des pays à faibles et moyens revenus dont les systèmes de santé sont faibles. 40 millions de personnes déplacées à l’intérieur du pays ont également besoin d’une assistance.

Depuis plus de 20 ans, le HCR et l’OMS travaillent ensemble dans le monde entier pour préserver la santé de certaines des populations les plus vulnérables. Ils ont collaboré pour fournir des services de santé aux réfugiés dans toutes les régions, depuis le début d’une situation d’urgence jusqu’aux situations prolongées, en plaidant constamment pour l’inclusion des réfugiés et des apatrides dans les plans nationaux de santé publique des pays d’accueil.

Aujourd’hui, les deux organisations travaillent de concert pour freiner la propagation de la pandémie de Covid-19 et faire en sorte que les personnes déplacées de force puissent accéder aux services de santé dont elles ont besoin, pour se protéger du Covid-19 et d’autres problèmes de santé.

«Le principe de solidarité et l’objectif de servir les personnes vulnérables sous-tendent le travail de nos deux organisations», a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS.

«Nous sommes côte à côte dans notre engagement à protéger la santé de toutes les personnes qui ont été forcées de quitter leur foyer et à faire en sorte qu’elles puissent obtenir des services de santé quand et où elles en ont besoin. La pandémie actuelle ne fait que souligner l’importance vitale de travailler ensemble pour pouvoir faire plus», a-t-il ajouté.

Lors de la signature de jeudi, le HCR a également rejoint le Fonds de réponse solidaire au Covid-19. Le Fonds a été lancé le 13 mars et a jusqu’à présent collecté 214 millions de dollars. Le Fonds, premier du genre, permet aux individus, aux entreprises et aux organisations du monde entier de contribuer directement à la réponse globale menée par l’OMS pour aider les pays à prévenir, détecter et répondre au Covid-19.

Une contribution de 10 millions de dollars du Fonds de réponse solidaire soutiendra le travail du HCR sur les besoins urgents tels que la communication sur les risques et l’engagement communautaire autour des pratiques d’hygiène, la fourniture de matériels d’hygiène et médicaux et l’établissement d’unités d’isolement dans des pays tels que la Jordanie, le Kenya, le Liban, le Sud Soudan et l’Ouganda.

« En joignant ses forces avec le Fonds de réponse de solidarité, le HCR peut travailler sur le terrain avec l’OMS pour mieux s’assurer que les mesures de préparation, de prévention et de réponse de santé publique au Covid-19 sont en place et que l’aide indispensable peut atteindre les réfugiés, les personnes déplacées et leurs communautés d’accueil », a conclu M. Grandi.