L’ONU rappelle que les familles sont les premières victimes de la pandémie de Covid-19, en ce sens que les parents ont la responsabilité de protéger leur famille, de prendre soin des enfants non scolarisés et, en même temps, de poursuivre leurs responsabilités professionnelles. Sans le soutien de leurs parents, la santé, l’éducation et le bien-être émotionnel des enfants peuvent être menacés.

« A l’occasion de la Journée mondiale des parents, j’appelle à l’adoption de politiques plus favorables à la famille sur le lieu de travail, en particulier face à la Covid-19 », a déclaré le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres sur Twitter, affirmant qu’être parent a été « l’une des expériences les plus enrichissantes de ma vie ».

Le Fonds des Nations-Unies pour l’enfance (UNICEF), l’Organisation internationale du travail (OIT) et ONU Femmes ont souligné, dans une note technique commune, qu’en donnant aux parents qui travaillent le temps, les informations, les services et les ressources dont ils ont besoin pour faire face à la crise, les politiques et les pratiques favorables aux familles peuvent faire une différence cruciale.

L’emploi, la protection des revenus, les congé payé pour s’occuper des membres de la famille, des conditions de travail flexibles et un accès à des services de garde d’urgence sont des mesures importantes qui permettent aux travailleurs de se protéger et de prendre soin d’eux-mêmes, de leurs enfants et de leurs proches, minimisant ainsi les conséquences de cette pandémie, selon la même source.

En 2012, l’Assemblée générale des Nations-Unies a décidé de proclamer le 1er juin, Journée mondiale des parents, pour mettre à l’honneur les mères et pères du monde entier. Cette Journée rend hommage au dévouement des parents, à leur engagement et leur sacrifice pour assurer l’avenir de leurs enfants