« Ce nouveau plan d’action, qui prévoit des mesures à mettre en œuvre tout au long du cycle de vie des produits, vise à rendre notre économie adaptée à un avenir vert, à renforcer notre compétitivité tout en protégeant l’environnement et à donner de nouveaux droits aux consommateurs », indique la Commission dans un communiqué.

Le nouveau plan met l’accent sur la conception et la production dans la perspective de l’économie circulaire, dans le but de garantir que les ressources utilisées restent dans l’économie de l’UE aussi longtemps que possible, précise-t-on.

« Avec le plan adopté aujourd’hui, nous lançons des mesures visant à transformer le mode de fabrication des produits et à donner aux consommateurs les moyens de faire des choix durables pour leur propre bénéfice et pour celui de l’environnement », relève le vice-président exécutif de la Commission chargé du pacte vert pour l’Europe, Frans Timmermans, cité dans le communiqué.

Pour lui, il est nécessaire pour l’Europe d’explorer le potentiel offert par l’économie circulaire afin de parvenir à la neutralité climatique d’ici à 2050, préserver l’environnement naturel et renforcer la compétitivité économique.

Selon l’exécutif européen, le plan d’action pour l’économie circulaire présenté dans le cadre de la stratégie industrielle de l’UE prévoit des mesures visant à faire en sorte que les produits durables deviennent la norme dans l’Europe.

La Commission proposera ainsi un texte législatif sur la politique des produits durables afin que les produits mis sur le marché de l’Union soient conçus pour durer plus longtemps, soient plus faciles à réutiliser, à réparer et à recycler et contiennent autant que possible des matériaux recyclés plutôt que des matières premières primaires. Ces dispositions limiteront les usages uniques, permettront de lutter contre l’obsolescence prématurée et interdiront la destruction des marchandises durables invendues.

Le plan d’action de l’UE mettra l’accent, par ailleurs, sur les secteurs utilisant le plus de ressources et dont le potentiel de contribution à l’économie circulaire est élevé. Pour ce faire, la Commission européenne lancera des mesures concrètes dans les domaines relatifs au matériel électronique et TIC, aux batteries et véhicules, aux emballages, aux matières plastiques, aux textiles, à la construction et bâtiments et aux denrées alimentaires.

D’après la Commission européenne, l’économie circulaire aura des retombées positives nettes en termes de croissance du PIB et de création d’emplois dans l’UE, avec un accroissement du PIB pouvant atteindre 0,5 % d’ici à 2030 et la création de quelque 700.000 nouveaux emplois.