Dans un communiqué publié lundi à l’issue de la réunion du CPS, tenue le 19 mai dernier sur la mise à jour des progrès accomplis dans la lutte contre le coronavirus et son impact en Afrique, le Conseil appelle les pays africains à renforcer davantage la capacité de leurs infrastructures nationales de soins de santé, ainsi qu’à leur fournir toutes les ressources nécessaires leur permettant de lutter de manière efficace contre la pandémie.

Par ailleurs, le CPS a mis en lumière la nécessité d’allouer davantage de ressources et d’équipements médicaux nécessaires aux pays du continent en vue d’améliorer les services relatifs à la gestion de la pandémie.

Dans le même document, le Conseil encourage les Etats africains à étendre les exercices de test sur l’ensemble de leur territoire, afin de vaincre la pandémie.

Le CPS souligne ainsi la nécessité pour les pays du continent africain de continuer à prendre toutes les mesures nécessaires pour lutter efficacement contre la pandémie de COVID-19, y compris la fermeture de leurs frontières terrestres, la suspension des vols internationaux et l’interdiction des rassemblements publics, ainsi que l’imposition de confinements et de couvre-feux à l’échelle nationale tout en respectant et en protégeant les droits de l’Homme.

Dans ce même sillage, le Conseil appelle les Etats à faciliter l’acheminement des fournitures pour la lutte contre la pandémie, entre autres, en ouvrant leurs espaces aériens, en assurant les droits d’atterrissage et en permettant aux ports d’entrée d’accélérer le processus de dédouanement des expéditions pour la lutte contre la pandémie, la libre circulation et la protection des personnels de santé, ainsi que la garantie de l’accès humanitaire aux populations dans le besoin.

Dans la foulée, le Conseil a mis en exergue la nécessité de protéger les groupes marginalisés et dans des situations vulnérables et d’assurer la protection des femmes et des enfants, en particulier des jeunes filles, pendant les périodes de confinement.