Lors de ce débat,  Mohamed Nabil Benabdellah a mis la lumière sur l’importance du débat public dans la promotion des actions des partis politiques sérieux qui contribuent au développement de la société ; comme il estime qu’un débat public autour du déconfinement est on ne peut plus nécessaire. « Il faut définir, sensibiliser et s’adresser au peuple de manière responsable et mûre »,a-t-il déclaré.

Dans ce sens, le SG du PPS estime que la préparation au déconfinement doit se faire avec le même dévouement que la sensibilisation autour des mesures barrière qui a donné son fruit au sein de la société marocaine.

Pour Nabil Benabdellah, plusieurs éléments vont changer avec le passage à la phase post covid-19 ; une période qui, selon lui, changera sans doute la donne, appelant ainsi à renforcer le rôle des partis politiques sérieux et responsables pour sortir plus forts de la crise et pour recommencer de plus belle.

Par ailleurs, Nabil Benabdellah a tiré la sonnette d’alarme sur la précarité sociale, soulignant ainsi les quelques déficiences qui ont marqué l’opération de distribution du soutien financier au profit des ménages dans le besoin, comme il  n’a pas manqué de rappeler  ceux inscrits sur les listes, mais qui n’ont toujours pas reçu de soutien et qui se trouvent dans l’obligation de sortir travailler en cette période de confinement sanitaire.

Dans la foulée, Nabil Benabdellah a mis la lumière sur la catégorie d’élèves et d’étudiants qui n’ont pas eu droit à l’enseignement à distance remettant sur le tapis les disparités sociales qui peuvent y avoir dans ce sens.

« Le Maroc ne sera fort qu’à travers une démocratie, la construction d’une économie forte et la mise en place d’une stratégie sociale et écologique responsable et productive », a-t-il ajouté.

Toujours en ce qui concerne les sujets qui ont fait couler beaucoup d’encre lors de cette période de pandémie, Mohamed Nabil Benabdellah a rappelé que seuls 3,4 millions de salariés sont déclarés à la CNSS ; le reste n’a ni couverture sociale ni médicale, ce qui est alarmant. Par la même, le SG appelle à trouver une solution aux marocains bloqués à l’étranger.

Ainsi, Le Secrétaire Général du Parti du Livre a exhorté à mettre l’Homme au centre du processus de développement en donnant la priorité aux jeunes et en insistant sur l’obligation de redonner à la Culture sa place dans la société.