Né le 2 avril 1997 à Amsterdam d’un père originaire de Nador, et une mère de Tétouan, Abdelhak Nouri a commencé sa formation chez les Ajacides depuis l’âge de 7 ans. Le milieu polyvalent marocain fait partie de la génération dorée de l’Ajax formée par l’entraîneur Erik ten Hag (Donny van de Beek, Frenkie de Jong et Matthijs de Ligt).

Malheureusement, le destin en a décidé autrement pour le petit magicien considéré comme le plus prometteur de sa génération. Le 8 juillet 2017, lors d’un match amical face au Werder Brême, sa carrière sportive s’interrompt brutalement. Nouri survit à un arrêt cardiaque avant d’être plongé dans un coma artificiel suite à des lésions cérébrales.

Le Lion de l’Atlas, Noussair Mazraoui, présent aussi lors de la rencontre, raconte cet épisode sombre du football néerlandais : « La balle était à droite du terrain. Je jouais à gauche dans le même côté qu’Abdelhak et j’ai vu qu’il s’était effondré. J’ai couru vers lui, pensant qu’il s’agissait de sa cheville. Je lui ai demandé : Appie, est-ce que ça va? Il ne donnait aucune réponse. Je pensais que c’était à cause de la chaleur. J’ai pris sa main et j’ai répété s’il allait bien. Il ne donnait à nouveau aucune réponse. J’en ai des frissons rien qu’à en parler. Il me regardait droit dans les yeux et je remarquais la peur à travers de ses yeux. C’était comme s’il essayait de me parler mais qu’il n’y arrivait pas. Sa bouche et sa langue bougeaient mais sa mâchoire était bloquée.

Avant d’ajouter : « Chez nous, les musulmans, quand on pense mourir, on cite une phrase typique. Avec Abdelhak devant moi, avec la vocalisation des ‘l’ répétés, j’ai remarqué qu’il citait : La ilaha illa Allah. À ce moment, j’ai su que rien n’allait ».

Il se porte bien 

Son frère Abderrahim, a annoncé la nouvelle concernant l’état de santé d’Abdelhak dans un entretien avec le journal néerlandais De telegraaf :

« Ça se passe bien avec Appie. Il est réveillé, il dort, il mange, mais il ne sort pas du lit. Dans les bons moments, il y a une forme de communication, puis il bouge les sourcils. Il ne peut tout simplement pas le garder longtemps, cela semble être le sport de haut niveau pour lui. Appie sait où il se trouve. C’est bien pour lui qu’il soit dans un environnement familier avec sa famille. Nous lui parlons, le prenons dans des conversations et regardons le football avec lui. Nous remarquons qu’il aime ça. Parfois, c’est aussi émotionnel, mais souvent il y a un sourire. C’est bon pour nous. »

L’occasion pour le milieu de terrain du FC Barcelone, Frenkie de Jong, de partager une très belle histoire sur l’influence qu’a eu Nouri sur son choix de rejoindre la formation catalane :

« À l’époque, je ne savais toujours pas où aller. Lorsque sa mère a écrit le FC Barcelone, Appie a indiqué qu’il était d’accord. Il a haussé un sourcil. Ce fut un très bon moment. »

Après le coronavirus, le monde du ballon rond avait besoin d’une bonne nouvelle…