Laboratoire national et citoyen, Pharma 5 a décidé de verser 5 millions de dirhams au Fonds spécial dédié au Fonds spécial pour la gestion de la pandémie du Coronavirus.

En parallèle, Pharma 5 a également décidé de mettre à disposition du Ministère de la Santé, du CHU de Casablanca et de l’hôpital militaire de Rabat, dès les semaines à venir, 400.000 unités de médicaments correspondant aux molécules préconisées en première intention pour la prise en charge des patients déclarés positifs au COVID19.

Soucieux de protéger davantage les professionnels de santé qui se trouvent en première ligne de cette lutte contre le COVID19, Pharma 5 a également décidé de faire un premier achat de 10 000 combinaisons de protection, 5 000 masques chirurgicaux dont une partie FFP3, 5 000 unités gel hydroalcoolique ainsi qu’un système de caméras pour surveillance des malades en réanimation, et de les mettre à disposition du CHU de Casablanca, centre référent pour la prise en charge en réanimation des personnes atteintes du COVID19.

La vice présidente des laboratoires Pharma5 Myriam L-Filali, précise que « Cette pandémie est sans précédent dans l’histoire récente de l’humanité. Notre pays a pris, dès le début de cette crise, les mesures qui s’imposaient et continue de gérer ses effets au quotidien. Des milliers de personnes se trouvent aujourd’hui en première ligne et elles méritent notre respect et notre gratitude. Je pense notamment à l’ensemble des professionnels de la santé, aux forces de l’ordre, aux commerçants de denrées alimentaires, aux agents de nettoyage, etc. qui travaillent sans relâche. En tant que laboratoire citoyen et engagé, nous
apportons une modeste contribution à l’élan de solidarité exceptionnel qui traverse notre pays » et d’ajouter « Nos équipes restent engagées 7 jours sur 7, pour assurer une disponibilité continue des médicaments que nous fabriquons
pour le citoyen Marocain. Plus que jamais auparavant, nous prenons conscience de l’importance stratégique de la production locale de médicaments au Maroc pour assurer notre sécurité sanitaire. Et plus que jamais auparavant, nous nous rendons compte de la nécessité de poursuivre, de renforcer et d’accélérer la mise à niveau de notre système de santé ».