Les immatriculations de voitures neuves en France ont encore baissé de 50,34% en mai. Cette baisse a été de l’ordre de 72% en mars et de près de 90% en avril, d’après les chiffres du Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA). Ce dernier fait état toutefois de premiers signes de reprise apparus avec le début du déconfinement.

« On a noté une nette reprise en fin de mois, c’est-à-dire que tout le système de distribution et celui de livraison ainsi que les commandes se sont débloqués », a indiqué François Roudier, porte-parole du Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA).

« Le chiffre du début de mois était très bas, très proche du mois dernier, puis progressivement avec la réouverture des concessions automobiles, les livraisons, des distributions mais aussi les commandes sont reparties alors qu’elles étaient négatives le mois dernier », a-t-il ajouté dans des déclarations relayées par les médias de l’Hexagone.

Selon le porte-parole du CCFA, les perspectives demeurent « très floues pour la première fois depuis des années ».

Pour l’année 2020, les prévisions du secteur « sont comprises entre -20% et -30% mais elles sont à prendre vraiment prudemment car il nous manque vraiment beaucoup d’informations » particulièrement sur la relance, a-t-il précisé.

En France, l’industrie automobile est l’un des secteurs les plus touchés par la crise économique induite par le coronavirus, aux côtés de l’aérien, la construction, l’hôtellerie et la restauration. Récemment, le Président Emmanuel Macron a annoncé un plan de soutien « massif » de plus de 8 milliards d’euros de la filière automobile, un des fleurons de l’économie française.