« L’horloge tourne toujours et la crise climatique ne va pas disparaître de sitôt. Nous devons maintenir la pression sur les parties pour qu’elles soumettent des contributions déterminées au niveau national (CDN) améliorées en 2020 », a affirmé dans un communiqué le ministre danois du Climat, de l’énergie et des services publics, Dan Jørgensen.

La COP26, initialement prévue à Glasgow (Ecosse) en novembre 2020, a été reportée à l’année prochaine, en raison de l’intensification de la crise due à la pandémie du coronavirus.

Cette décision a été prise conjointement par les représentants de l’ONU en matière de changement climatique, en accord avec le Royaume-Uni et ses partenaires italiens.

Réitérant son appui à cette décision, le ministre danois a indiqué qu’il était plus approprié de reporter la COP26 jusqu’en 2021 afin d’obtenir un sommet qui produira les résultats dont le monde a désespérément besoin. « Nous offrons notre soutien total au Royaume-Uni et à l’Italie », a-t-il dit, précisant toutefois que « la transition verte ne peut pas être suspendue. À cette fin, nous devons veiller à récolter les synergies entre les efforts de relance économique et l’action climatique ».

Relevant l’importance de travailler pour un objectif 2030 amélioré dans l’UE cette année pour montrer la voie, il a fait observer qu’en tant que communauté mondiale « nous sommes encore à des kilomètres de nos aspirations collectives et le climat n’attend personne ».