Il est midi à Derb Soltane, contrairement aux apparences, cette place casablancaise est loin d’être vide. Si les vendeurs ambulants ont désertés la grande place, ils se sont réfugiés dans les ruelles étroites au grand plaisir des clients. Les étalages annoncent l’approche du Aid El Fitr. Vêtements pour enfants, tenues traditionnelles, fruits secs et gâteaux sont vendus en catimini.

Mieux encore, certains magasins de prêt à porter continuent de vendre leur marchandises mais à rideau semi baissé comme l’explique Khalid, gérant d’une boutique de vêtements pour enfants « cette période est très importante pour nous en tant que commerçant, on ne peut pas se permettre de fermer nos boutiques, on risque de mettre la clé sous la porte. Pour cela, nous avons trouvé des astuces pour détourner les regards. Nous gardons les rideaux baissés à moitié, et on fait entrer quelques clients. On essaye tant bien que mal de garder nos distances, à porter nos masques et à adopter les règles barrières »

Pour Zakia, maman de 3 enfants, il est impossible de ne pas se faire plaisir en ce temps de confinement « cela fait 2 mois que mes enfants sont cloîtrés entre quatre murs, je ne pouvais pas leur priver de leur joie de célébrer l’Aid comme il se doit. J’étais obligée de venir à la kissaria de Heffarine et de leur acheter des vêtements, des gâteaux et des jouets. Comme vous voyez, je porte mon masque, j’essaye de garder des distances avec les autres clients même si ce n’est pas évident dans certaines ruelles. Ce qui compte pour moi c’est de faire plaisir à mes enfants, et cela est une extrême nécessité pour moi ! »

Dans cette partie de la ville, le confinement se passe dans la pagaille, plusieurs clients ne portent pas de masque, ils avancent péniblement corps à corps dans les ruelles étroites sous l’œil « bienveillant » du coronavirus !